Les garçons de 5ème C ont tous les cheveux longs. Aujourd'hui, ils sont entrés dans la salle de classe avec des couettes et des palmiers sur la tête.  Ils m'ont annoncé  qu'ils jouaient aux samouraï. Comment voulez-vous que je sévisse avec des bambins pareils ? Mes collègues se plaignent de leurs bavardages tandis que je m'extasie sur leur envie de lire et de découvrir. 

Ils peuvent aussi devenir graves et tenir des réflexions très matures sur les textes qu'ils lisent. Sur  "Pauvre petit garçon" de Dino Buzzati, par exemple, ils m'ont vraiment épatée. Je m'amuse comme une folle. J'ai l'impression d'exercer un nouveau métier. Je suis fatiguée à la fin d'une journée de cours mais cela n'a rien à voir avec l'épuisement nerveux des journées de l'an dernier. 

Je stresse cependant de décevoir leurs attentes. Il ne faut pas émousser leur curiosité et leur bienveillance vis à vis de l'école. Comment faire pour éviter qu'ils ne deviennent comme les  4ème, avec lesquels... c'est une autre histoire... Qu'est-ce qui les rend bêtes en six mois : les hormones ou l'école ?  Je me demande...