12/07/10

Troisième jour de voyage.

Le parking devant le point de vente des billets de ferry est plein quand nous arrivons au matin, à 8 heures tapantes. Nos concitoyens ont du arriver dans la nuit. Des enfants sont encore endormis sur des nattes posées ça et là, à même le sol, leurs mères bavardent mollement. Les points de vente des trois compagnies concurrentes viennent d'ouvrir. Une foule compacte constituée exclusivement d'hommes se presse aux guichets de la compagnie dont le ferry doit partir le plus tôt, à 13h30. Nous n'essayons même pas d'attendre et nous dirigeons vers celui qui le jouxte et qui est lui, complètement vide. Le ferry de cette compagnie part deux heures plus tard dans l'après-midi. Deux heures, ce n'est rien au regard de la queue qu'il faudrait faire ici. Je me demande si c'est juste la hâte qui fait s'agglomérer les gens ou si les prix sont plus intéressants, la traversée plus rapide. Je n'en saurai rien. Pas du tout envie de m'approcher de l'autre guichet. Mon compagnon suggère que si nous avions, nous aussi, attendu sur ce parking une bonne partie de la nuit, nous aurions été plus pressés. Nous prenons nos billets rapidement et décidons sortir de la ville pour retourner à la plage que nous n'avons pu fouler la veille. Ce sera notre premier bain de mer de l'année. J'ai hâte.

L'eau tient ses promesses, plus chaude que celle des plages de la Mer Egée. La mer a une couleur vert d'eau, quelques algues nous chatouillent les pieds. A part ça, rien ne ressemble plus à une plage qu'une autre plage. Après tout nous pourrions tout aussi bien rester ici quelques jours:les collines environnantes sont déclarées parc régional, des randonnées botaniques y sont proposées, la région semble riche de promesse de découvertes. Pourquoi cette urgence cette année ? Pourquoi la destination, une fois fixée, ne pourrait-elle attendre ? Mais est-ce la bonne question ? Ne faut-il pas plutôt me demander pourquoi est-ce l'Egée que je préfère ? Je me promets de me reposer la question lorsque nous arriverons à destination.